Actuellement réglé sur Index
Actuellement réglé sur Suivre
Vivez l'apprentissage en ligne synchrone d'une langue.
Blog > Pleins feux sur les élèves : Lauryn et la réalisation de son rêve de parler couramment le français

Pleins feux sur les étudiants : Lauryn et la réalisation de son rêve de parler couramment le français

Écrit par E-QIP le 2 mai 2019

A l'E-QIP, nous avons la chance d'accueillir des étudiants du monde entier ; des étudiants qui viennent à Montréal pour travailler, étudier ou se construire une nouvelle vie.

Ces trois objectifs étaient à l'ordre du jour pour Lauryn, étudiante en français, bien que la seule frontière qu'elle ait franchie pour arriver ici ait été une frontière provinciale. Lauryn est originaire de Toronto, où (comme beaucoup d'Ontariens de souche), elle a quitté l'école sans pouvoir tenir une conversation en français.

"Mon mari parle couramment l'anglais, alors nous nous entraînions parfois et j'ai suivi un cours à l'Alliance française [à Toronto] pendant deux ou trois mois, mais je ne suis pas allée très loin", a-t-elle déclaré. "Je suis donc arrivée en tant que débutante et je me suis améliorée au fur et à mesure que je vivais ici.

Lauryn et son mari, Daniel, ont déménagé à Montréal il y a deux étés, après que ce dernier a reçu une opportunité d'emploi unique à l'UQAM. Elle s'est dite excitée, plutôt que nerveuse, à l'idée d'apprendre enfin le français, un objectif qu'elle ne pensait pas pouvoir atteindre à Toronto.

Bien que le Canada ait deux langues officielles, la plupart des Canadiens n'atteignent jamais le bilinguisme français-anglais, en raison d'un enseignement axé sur la grammaire qui néglige la communication verbale et du manque d'occasions de pratiquer. Ces obstacles limitent les Canadiens qui pourraient considérer que les régions et les emplois qui ne correspondent pas à leur langue dominante sont hors de leur portée. Mais selon Lauryn, ces limites ne sont peut-être pas aussi fixes que certains le croient.

"J'ai l'impression que les choses vont plus vite que je ne l'avais prévu, ce qui est très amusant", a-t-elle déclaré. "Alors qu'il y a un an, je pouvais avoir une conversation avec Daniel en pointant du doigt des objets dans la pièce, en expliquant ce que je voyais ou en expliquant des choses vraiment basiques, maintenant je peux parler d'idées, ce qui est vraiment excitant.

Vous aimerez peut-être aussi lire... Pleins feux sur les étudiants : comment les cours du soir permettent à Alex de concilier vie professionnelle et vie privée - et de travailler à un avenir encore plus prometteur

Elle attribue son évolution en partie au style d'enseignement de l'E-QIP, où les classes sont petites et adaptées aux besoins et aux difficultés particulières des élèves. Si une erreur de grammaire a été fréquemment identifiée dans le premier cours de la matinée, par exemple, elle peut devenir le centre d'intérêt du deuxième cours ; selon Lauryn, c'est exactement ce dont les étudiants ont besoin pour progresser.

Maintenant qu'elle a atteint un niveau intermédiaire, elle a pour objectif d'utiliser le français sur le lieu de travail. Elle l'utilise déjà dans sa vie quotidienne autour de chez elle, dans l'est de la ville, où elle est très présente dans les cafés locaux (dont les baristas ont pu constater de visu ses progrès).

"Je remarque que si je parle doucement, si j'ai l'air nerveux, les gens changent automatiquement d'avis, mais si je parle fort, ils restent dans le coup. Et ils me laissent faire des erreurs. C'est génial.

Elle et son mari ont l'intention de s'installer définitivement à Montréal, ce qui la rend particulièrement déterminée à maîtriser la langue.

"Je pense que c'est très important pour s'intégrer dans la société québécoise, sinon vous aurez probablement une communauté beaucoup plus petite et moins d'événements auxquels vous pouvez participer et de personnes avec qui vous pouvez parler. C'est également important pour mon travail. Je travaille dans le domaine de la communication et du marketing et j'ai un emploi en anglais, mais si je veux en obtenir un autre, il est très, très important que je parle français.

Lauryn a terminé cette semaine les quatre semaines du programme Core 15 du matin de l'E-QIP, mais elle prévoit de s'adapter à son emploi du temps chargé en prenant des cours privés le soir. En attendant, elle fait tout ce qu'elle peut pour continuer à apprendre par elle-même.

Vous aimerez peut-être aussi lire... Nous disons "Kanpai" à la nouvelle année dans notre Shinnenkai

"J'essaie d'intégrer plein de petites choses dans ma journée pour ne pas avoir à suivre le cours tous les matins. J'ai donc tous mes podcasts, j'ai une pile de bandes dessinées à la maison, j'ai une liste de films en français. Même quand je regarde des films en anglais, je mets des sous-titres en français", dit-elle. "De temps en temps, je me dis 'oh, ce mot correspond. Je comprends tout à fait maintenant.

"C'est donc le conseil que je donnerais aux autres étudiants. Mettez les sous-titres pour tout !".

Partager cet article

Copyright © 2024 E-QIP
chevron vers le bas
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram